maison-individuelle-craponne

Rénovation grange à Craponne

Rénover une vieille grange en maison d’habitation est une idée séduisante. Mais avant de passer à l’aventure, il est nécessaire de suivre quelques processus immobiliers avec l’aide d’un architecte DPLG qui s’occupera également de toute la réhabilitation de la grange.

Suivre les règlementations administratives

L’intervention d’un architecte DPLG est obligatoire pour une rénovation grange Craponne. L’expert vous conseillera de faire un changement de destination surtout si le local se trouve en zone agricole. Un certificat d’urbanisme et une demande de plan d’occupation de sol sont aussi exigés par la commune. Après l’obtention de ces trois papiers administratifs, le client attend le permis de construire utile à la réalisation de la réhabilitation. Si la grange appartient déjà au client, la procédure sera simple et rapide. Dans le cas contraire, le client devra  patienter quelques temps et se fier aux compétences de l’architecte craponne qui accélèrera le processus.

Une multitude de perspectives offertes

Ancien stockage de grains ou battage des récoltes, une grange est un bâtiment transformable en plusieurs perspectives. La plupart du temps, le propriétaire réhabilite la grange pour en faire une grande maison d’hôtes ou une maison de campagne pour accueillir la famille. Ces idées ont évoluées au fil du temps et la rénovation a été réalisée dans le but de concevoir plusieurs initiatives. Dorénavant, on rénove sa grange pour en faire son atelier de travail, son espace de jeux et de divertissement ou pourquoi pas, sa salle de cinéma. Tout est possible, il suffit d’écouter son imagination et de confier les travaux à un architecte DPLG. Avec sa maitrise d’ouvrage et ses compétences, ce spécialiste sera apte à redonner un nouveau souffle à la grange.

Une bonne idée pour préserver le patrimoine

En voulant faire une rénovation grange Craponne, le propriétaire applique un brin d’originalité au local. Ce projet est toujours aperçu comme une préservation du patrimoine. En effet, c’est l’âme et l’origine du bâti qui seront conservés. Les richesses architecturales de la grange sont sauvegardées et serviront à la commodité et à l’aisance des propriétaires. En réalisant les travaux, l’architecte DPLG doit être au courant de l’histoire et des récentes modifications subies par le bâti. Les travaux exagérés qui dénaturent la grange sont interdits. Le principe est de garder l’état originel du lieu avec une touche de réhabilitation. Les trésors comme les voutes, les caves, les escaliers en chêne ou le plancher en bois massif sont à conserver.

 

Leave a Reply

*